République de Djibouti

 
Ministère de la Santé

Dr Djama Elmi Okieh

 Ministre de la santé

 

 
Mot du ministre
Biographie
Discours
Agenda
       MINISTÈRE
Présentation
Organigramme
Les Directions
Secrétariat General
IGSS
      ACTUALITES
Ateliers
Séminaires
Communiqués
Appel d'offres
       ANNUAIRES
PNDS
Carte Sanitaire
Rapport d'activités
Annuaires  structures
Annuaires statistiques
     LEGISLATION
Introduction
Textes généraux
Lois
Decrets
Arretes
Decisions
    LES LIENS
Usaid
Onusida
Oms
Unicef
 
   EPIDEMIES
Bulletin mensuel
Prévention
 Votre santé et vous
Par thèmes
Par public cible
Tv-santé
 VIH/SIDA
Documents techniques
 

 

 

 

 

Hôpital Italien de Balbala

 

Un nouveau pavillon médico- chirurgical ouvre ses portes 

Le nouveau pôle médico-chirurgical de l’hôpital italien de Balbala, inauguré hier par le ministre de la Santé et l'ambassadeur d'Italie à Djibouti, se distingue singulièrement par ses compétences techniques. En effet, il comporte un atelier de maintenance équipé qui permettra d'assurer la maintenance préventive et de réparation des équipements médicaux. Il possède également une unité de production d'air comprimé et un système central d'approvisionnement en oxygène, un complexe de buanderie, un autre de cuisine et de réfectoire pour assurer l'alimentation des patients mais aussi du personnel de l'hôpital. Il a également une morgue avec deux unités et des salles de toilettes mortuaires mais aussi un complexe de traitements des eaux usées.

C’est sous un soleil ardent que le ministre de la Santé, Dr. Kassim Issack Osman, et l'ambassadeur d'Italie à Djibouti, M. Giuseppe Mistetta, ont conjointement inauguré hier un nouveau pôle médico-chirurgical au sein de l’hôpital italien de Balbala. La cérémonie inaugurale a vu la participation d’un bon nombre de personnalités, dont des membres du gouvernement, et d’une foule d’anonymes issus des quartiers environnants.

D’une capacité d'accueil de 170 lits, ce nouveau pavillon médico- chirurgical est composé de deux bâtiments d'hospitalisation et différentes entités de soins en médecine générale, pédiatrie, chirurgie, et réanimation. Un personnel médical et d'appui technique a été formé et recruté pour le bon fonctionnement de ce nouveau pôle médical. Il  a été  entièrement financé par le gouvernement italien et ce dans le cadre de la coopération bilatérale et les liens d'amitié existant entre les deux peuple. Comme l’a expliqué le ministre de la Santé, il s’agit donc pour le gouvernement de répondre par ce biais aux besoins de tous les habitants de la commune de Balbala.

Notons par ailleurs, que ce nouveau pôle médical se distingue singulièrement par ses compétences techniques. En effet, il comporte un atelier de maintenance équipé qui permettra d'assurer la maintenance préventive et de réparation des équipements médicaux. Il possède également une unité de production d'air comprimé et un système central d'approvisionnement en oxygène, un complexe de buanderie, un autre de cuisine et de réfectoire pour assurer l'alimentation des patients mais aussi du personnel de l'hôpital. Il a également une morgue avec deux unités et des salles de toilettes mortuaires mais aussi un complexe de traitements des eaux usées.

Rien n’a été négligé et dans le cadre de la protection de l'environnement hospitalier, un contexte écologique est développé. Deux citernes sont prévues pour la récupération en réseau des eaux des climatiseurs qui serviront à des fins de jardinage. 

Pour la destruction des déchets biomédicaux, un incinérateur d'une capacité de 25 kg/h est installé dans un espace étudié. Quant à la sécurité des patients et de l'établissement, la maitrise des risques d'incendie est possible grâce à un système complet de lutte anti incendie avec des réservoirs d'eau de 50 000 litres  et un réseau de détecteurs de fumée dans les chambres. La disponibilité constante de l'eau pour les patients et les professionnels est garantie par une réserve d'eau potable.

Dans ce projet, qui consiste en l'augmentation de la capacité hospitalière de l'Hôpital de Balbala de 170 lits et de 04 spécialités, des professionnels de santé formés à cet effet seront mobilisés. Dans son  discours prononcé à cette occasion, le ministre de la Santé a souligné que cette réalisation vient matérialiser les promesses faites par le Président de la république au peuple Djiboutien en matière de couverture  sanitaire et prise en charge médicale de la population de Balbala pour les urgences. Le Dr. Kassim Issack Osman a, dans ce sens, rappelé que l'hôpital de Balbala, construit en 1985 par la coopération italienne, s'impose toujours comme la réponse sanitaire aux besoins de la population de Balbala.

Le ministre n’a pas manqué d’expliquer "que l'expansion de la population de la commune de Balbala, et le développement des infrastructures de base, le système de santé applique les fondements de sa carte sanitaire, à savoir le développement en priorité de structures de Santé de Base à Balbala telles les centres de santé communautaire et Maternité de premier niveau’’. Il faut retenir qu'en dix ans, la Commune de Balbala a vu la mise en place de onze centres de santé, et deux établissements de référence, dont le centre SR «Housseina » et cet hôpital. Aussi, en matière de longévité de projet de coopération mené de concert avec les Djiboutiens, la palme d'or revient à la coopération Italienne qui œuvre pour la population de Balbala depuis 1985, soit 30 ans aujourd'hui".

Pour sa part, le directeur général de l'hôpital de Balbala s'est félicité de la mise en service de ce nouveau pôle médico-chirurgicale. Il a indiqué "que   ce pavillon moderne est conçu au regard des normes internationales en matière d'hospitalisation. C'est un progrès réalisé en matière de confort au bénéfice des malades et un défi pour les personnels que nous entendons relever’’.

‘’Il nous importera ensemble, peuple de Djibouti, d'entretenir et de préserver ce don offert au peuple djiboutien par le peuple italien’’ a dit le responsable. Avant de conclure, il n’a pas manqué de remercier le directeur général de la société EDC, Youssouf Moussa Dawaleh, entreprise locale, qui a su réaliser ce chef d'œuvre unique par sa conception et qui répond aux attentes des utilisateurs que sont bien sûr les patients et les professionnels".

Rappelons enfin que ce nouveau pole médico-chirurgical porte le nom d’un défunt leader politique et ancien ministre de la Santé. En effet, le regretté Mohamed Ahmed Issé dit "Cheikho" fait partie de ces visages célèbres des indépendantistes qui croyaient en leur peuple et leur destinée.

Il fait partie de ceux qui dirigeaient la révolte contre ces barbelés autour de Djibouti. Barbelés, mot qui a muté vers Balbala. Cheikho était un homme simple et de principe engagé et confiant. Lui dédier le nouveau pôle médico-chirurgical de l’hôpital de Balbala est une expression de reconnaissance et un hommage digne.

 

Santé

L’hôpital Peltier se modernise

Samedi dernier, le ministre de la Santé, Dr Kassim Issack Osman, s’est dit heureux de voir la rénovation et  l’extension de différentes entités de l’hôpital général Peltier. Des innovations qui ont été menées, a-t-il précisé,  dans le but de rendre plus efficace les prestations médicales de ce centre hospitalier de référence. 

  

Le ministre de la Santé, Dr Kassim Issack Osman, a inauguré samedi dernier, au sein de l’hôpital Peltier, plusieurs structures et services qui ont été rénovés ou fait l’objet d’extension.

Parmi ces infrastructures il y a notamment la pharmacie  de l’hôpital qui a été totalement rénovée et s’est vue adjoindre une  unité de stockage de sécurité où sont entreposés des médicaments et des traitements  destinés au cas de catastrophes ou d’épidémie.

Il a été effectué également la réhabilitation du bloc des urgences  ou un lot de trente lits supplémentaires ont été ajoutés pour accueillir les malades lors des grandes catastrophes.

L’hôpital Peltier a aussi bénéficié de la mise en service d’un électroencéphalogramme appelé également l’EEG.

Cet appareil sert  à analyser les signaux électriques émis par le cerveau, il renseigne l’équipe médicale sur l’activité neurophysiologique du cerveau. L’EEG permet ainsi de mesurer l’activité cérébrale avec une grande précision temporelle, milliseconde par milliseconde. Cet examen permet d’orienter un diagnostic ou de suivre les effets d’un traitement.

En cardiologie il a été mis en place un appareil qui mesure automatiquement la pression artérielle.

L’hôpital se voit également doté d’un service de rééducation fonctionnel et de kinésithérapie qui est équipé des tous les appareils nécessaires permettant aux victimes des accidents de bénéficier des soins de rééducation.

Par ailleurs, le ministre a inauguré un service d’optique ou sont confectionnées des lunettes de vues dont les prix sont accessibles à tous le monde.

 En outre, le Dr. Kassim Issack Osman a procédé au démarrage des activités d’une unité de transport des malades appelé Samu dont la mission consistera à transférer les malades depuis  les hôpitaux de référence jusqu’à leur domicile.

 Le ministre de la Santé a déclaré, à cette occasion, que l’hôpital Peltier est la vitrine de toutes les structures médicales du pays. «  Aujourd’hui, a-t-il dit, je suis heureux de faire part à la population qu’une série d’innovations a été menée ces derniers temps à Peltier et ce dans le but de rendre plus efficace ses prestations sanitaires ». Il a profité de l’occasion pour saluer un bienfaiteur Djiboutien qui a contribué au financement de la réhabilitation du bloc Martial.

En conclusion, le ministre a annoncé la mise en service d’une ambulance (SAMU) équipée avec à son bord un médecin, un infirmier et une sage femme qui pourront soigner le malade soit sur place ou le transférer vers un hôpital.

Notons enfin que le service SAMU est opérationnel depuis samedi dernier.

 

 

Le Dr. Kassim Issack Osman inaugure un  poste de santé au PK 20

 

Le ministre de la Santé, Kassim Issack Osman,   a inauguré samedi dernier un poste de santé au PK 20, dans la commune de Balbala. Et ce, rappelons-le, en présence du ministre du Budget, Bodeh Ahmed Robleh, et du secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports, Badoul Hasan Badoul.

Dès son arrivée sur place, la délégation ministérielle a été accueillie par le président de la commune de Balbala,  Youssouf  Nouho Hassan, le directeur des régions sanitaires, Assoweh Abdillahi Assoweh,  et une foule d’anonymes.

L'ouverture des portes de ce poste de santé vient à point nommé pour les habitants de PK20. La structure sanitaire est dotée de matériels médicaux, adéquats pour les consultations des femmes enceintes.

Ce poste  de santé abrite un local de consultation prénatale, une infirmerie, et une pharmacie.

 

Virus Zika

Communiqué

 

Ministère de la Santé: La vigilance est de mise

 Le Ministre de la Santé Dr. Kassim Issak Osman a tenu mardi dernier  dans son cabinet, une réunion d’information sur l’apparition du virus  ZIKA en Amérique Latine et le partage des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé à suivre en matière de prévention.

 La réunion de travail s’est déroulée en présence du Directeur de l’Aéroport, le représentant du Port de Djibouti, les directeurs des Hôpitaux de Balbala, de l’Hôpital General Peltier, d’Al Rahma, de l’INSPD ainsi que les médecins chef de la FAD, du FNP, de la Garde Républicaine et de la Protection civile.

  L’objectif de cette réunion présidée par le ministre de la Santé était d’être au même niveau d’information sur l’apparition de ce nouveau virus ZIKA qui sévit actuellement en Amérique Latine et dans quelques pays d’Afrique.

  Dans ce cadre, le ministre de la Santé a appelant l’ensemble des parties prenantes à interagir ensemble en se partageant les informations sur l’évolution de cette épidémie.

 Il est toutefois important que les contrôles continuent au niveau des ports d’entrés du pays à savoir l’aéroport et le port de Djibouti cela en raison de la mondialisation et des flux de marchandises et d’êtres humains.

 

Centre de santé de Warable:

Des moyens accrus

 

Avec ses nouvelles salles d’accouchement et d’urgence, le centre de santé  de Warabaleh est en mesure d’offrir des soins de qualité à moindre coût et des consultations gratuites aux potentiels usagers issus du voisinage. Les principaux bénéficiaires en seront les femmes enceintes et les enfants en bas âge.

Le ministre de la Santé, Dr. Kassim Issack Osman, a inauguré hier une salle d'accouchement et une salle d'urgence au centre de santé de Warabaleh dans la banlieue de Balbala. L’événement s’est déroulé en présence des proches collaborateurs,  du président de la commune de Balbala, Youssouf Nouho Hassan, du médecin-chef de ce centre de santé communautaire, Dr. Ali Youssouf, et un bon nombre d’habitants du secteur riverains.

Avec ses moyens accrus, la structure sanitaire de Warabaleh est en mesure d’offrir des soins de qualité à moindre coût et des consultations gratuites aux potentiels usagers issus du voisinage. Les principaux bénéficiaires en seront les femmes enceintes et les enfants en bas âge. C’est pourquoi le ministre de la Santé a exhorté la population locale à faire preuve de civisme et de sens de responsabilité dans la préservation des équipements du poste de santé. Lesquels sont mis à la disposition des plus nécessiteux.

Le souci de l’intérêt général n’a pas laissé insensibles les habitants de Warabaleh. Femmes et hommes, jeunes et vieux ont soumis au ministre une série de doléances. Le Dr. Kassim Issack Osman en a pris bonne note. Il a promis d’apporter des réponses aux besoins de ses interlocuteurs dans des brefs délais.

 

 Ministère de la Santé/Conseil de l’Ordre des MédecinsLes premières résolutions de 2016

Lors de leur entretien de jeudi dernier au cabinet du ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman et les représentants du Conseil de l’Ordre des Médecins ont abordé la mise en place d’une série de mesures indispensables au bon fonctionnement des milieux médicaux.

Le ministre de la Santé a tenu jeudi dernier, dans son cabinet ministériel, une réunion de travail  avec les membres du  Conseil de l’Ordre des Médecins.

 Après les échanges de vœux à quelques heures du nouvel an 2016, le  Dr. Kassim Issack Osman et ses interlocuteurs ont abordé la mise en place des mesures indispensables au bon fonctionnement des milieux médicaux. Il a ainsi été question de l’adhésion au Conseil de l’Ordre  de tous les médecins nationaux et étrangers exerçant en République de Djibouti.

 Les deux parties ont convenu de donner la priorité au recrutement des médecins et techniciens paramédicaux, fraîchement diplômés  de la Faculté de Médecine et de l’ISSS. On retrouve un consensus similaire autour de la prise des sanctions à l’encontre des actes contraires aux exigences  de la déontologie médicale. Des éventualités dont les responsables feraient donc l’objet d’une interdiction temporaire de leur activité ou d’une radiation.

 Enfin, le ministre de la Santé a exhorté les représentants du Conseil de l’Ordre des Médecins à veiller au respect de toutes ces directives durant l’année 2016.

 

Prise en charge des séropositifsLe ministre de la Santé rencontre le collège des ARV

 Le ministre de la Santé s’est concerté mercredi dernier avec tous les médecins en charge de la prescription des antirétroviraux. Le Dr. Kassim Issack Osman a demandé aux membres du collège des ARV de formuler des propositions en vue d’améliorer la mise sous traitement de toutes les personnes vivant avec le VIH de manière systématique sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit là d’une priorité majeure de la feuille de route du département ministériel de la santé.


Le ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman, a tenu  mercredi 30 décembre dernier, dans son cabinet ministériel, une séance de concertation avec tous les médecins en charge de la prescription des antirétroviraux.

 Outre le ministre, tous les membres du collège des antirétroviraux(ARV) étaient présents dans la salle de réunion du Ministère de la Santé. L’ordre du jour portait sur la prise en charge des malades atteints du sida.

 Le ministre et les praticiens ont ainsi discuté de la mise des séropositifs sous traitement anti rétroviral à l’échelle nationale. Ils ont passé en revue les voies et moyens susceptibles de faciliter la concrétisation de l’objectif. Lequel rejoint les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en la matière.

 Le Dr. Kassim Issack Osman  a donc demandé aux médecins, membres du collège des ARV, de formuler des propositions en vue d’améliorer la mise sous traitement de toutes les personnes vivant avec le VIH de manière systématique sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit là d’une priorité majeure de la feuille de route du département ministériel de la santé. Une ambition dont la réalisation viendrait traduire le respect des engagements pris par la République de Djibouti dans l’élimination de la transmission du sida de la mère à l’enfant et l’accès de toutes les personnes vivant avec le VIH aux soins adéquatas.

 

 Gestion des centres de santé

Des comités plus représentatifs.

Pour la nouvelle année 2016, la tendance est au renforcement de la représentativité des comités de gestion à des fins d’une meilleure coordination des actions dans les centres de sante communautaires de la capitale et les hôpitaux des régions de l’intérieur.

Le ministre de la Santé, le Dr. Kassim  Issack  Osman, a tenu vendredi dernier, dans son cabinet ministériel, une réunion de travail avec tous les médecins-chefs des centres de sante communautaires de la capitale et ceux des hôpitaux des 5  régions de l’intérieur.

 La rencontre s’est déroulée en présence du  directeur des régions sanitaires et du directeur de l’unité de gestion des projets. Les intervenants ont ainsi dressé le bilan des activités de l’année écoulée. Qu’il s’agisse de la prise en charge des patients et des offres de soins dans les centres de santé de premier et second niveau.

 Le ministre a réaffirmé auprès des praticiens l’importance que revêt l’amélioration de la gestion des médicaments et  équipements dans toutes les structures sanitaires du pays. Un préalable dont la satisfaction suppose l’intégration des critères préétablis de performance de la part du personnel médical.

 Le Dr. Kassim  Issack Osman en attend un élargissement de l’accès aux soins de qualité sur l’ensemble du territoire national. Dans cette optique, le ministre a fait sien le choix d’une plus grande implication des acteurs de la société civile dans la gestion des centres de santé.

 Pour la nouvelle année 2016, la tendance est au renforcement de la représentativité des comités de gestion à des fins d’une meilleure coordination des actions.

 

 Ministère de la Santé/Conseil de l’Ordre des Médecins .Les premières résolutions de 2016

Lors de leur entretien de jeudi dernier au cabinet du ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman et les représentants du Conseil de l’Ordre des Médecins ont abordé la mise en place d’une série de mesures indispensables au bon fonctionnement des milieux médicaux.

Le ministre de la Santé a tenu jeudi dernier, dans son cabinet ministériel, une réunion de travail  avec les membres du  Conseil de l’Ordre des Médecins.

 Après les échanges de vœux à quelques heures du nouvel an 2016, le  Dr. Kassim Issack Osman et ses interlocuteurs ont abordé la mise en place des mesures indispensables au bon fonctionnement des milieux médicaux. Il a ainsi été question de l’adhésion au Conseil de l’Ordre  de tous les médecins nationaux et étrangers exerçant en République de Djibouti.

 Les deux parties ont convenu de donner la priorité au recrutement des médecins et techniciens paramédicaux, fraîchement diplômés  de la Faculté de Médecine et de l’ISSS. On retrouve un consensus similaire autour de la prise des sanctions à l’encontre des actes contraires aux exigences  de la déontologie médicale. Des éventualités dont les responsables feraient donc l’objet d’une interdiction temporaire de leur activité ou d’une radiation.

 Enfin, le ministre de la Santé a exhorté les représentants du Conseil de l’Ordre des Médecins à veiller au respect de toutes ces directives durant l’année 2016.

  

Prise en charge des séropositifsLe ministre de la Santé rencontre le collège des ARV

 Le ministre d la Santé s’est concerté mercredi dernier avec tous les médecins en charge de la prescription des antirétroviraux. Le Dr. Kassim Issack Osman a demandé aux membres du collège des ARV de formuler des propositions en vue d’améliorer la mise sous traitement de toutes les personnes vivant avec le VIH de manière systématique sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit là d’une priorité majeure de la feuille de route du département ministériel de la santé.

Le ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman, a tenu  mercredi 30 décembre dernier, dans son cabinet ministériel, une séance de concertation avec tous les médecins en charge de la prescription des antirétroviraux.

 Outre le ministre, tous les membres du collège des antirétroviraux(ARV) étaient présents dans la salle de réunion du Ministère de la Santé. L’ordre du jour portait sur la prise en charge des malades atteints du sida.

 Le ministre et les praticiens ont ainsi discuté de la mise des séropositifs sous traitement anti rétroviral à l’échelle nationale. Ils ont passé en revue les voies et moyens susceptibles de faciliter la concrétisation de l’objectif. Lequel rejoint les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en la matière.

 Le Dr. Kassim Issack Osman  a donc demandé aux médecins, membres du collège des ARV, de formuler des propositions en vue d’améliorer la mise sous traitement de toutes les personnes vivant avec le VIH de manière systématique sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit là d’une priorité majeure de la feuille de route du département ministériel de la santé. Une ambition dont la réalisation viendrait traduire le respect des engagements pris par la République de Djibouti dans l’élimination de la transmission du sida de la mère à l’enfant et l’accès de toutes les personnes vivant avec le VIH aux soins adéquatas.

 

 Surveillance des grippes pandémiques collecte et diffusions d'informations sanitaires une plus grande fluidité s'impose.

Les participants de l’atelier, qui s’est achevé dimanche dernier au sein de l’hôtel Les Acacias, ont pu consolider leurs acquis professionnels dans la surveillance des risques de contamination aux virus d’éventuelles pandémies de grippes saisonnières. Il s’agissait des médecins et infirmiers, issus des rangs respectifs des structures sanitaires publiques et des centres médicaux de la police qui ont compris l’importance que revêt la circulation des données en aval de la détection des cas de grippes.

Après deux jours d’intenses travaux, l’atelier sur le dispositif de lutte contre les grippes pandémiques s’est clôturé dimanche dernier sous les lustres de l’hôtel Les Acacias, sis au quartier chic du Héron de la capitale. Ces assises ont été conjointement organisées par l'institut national de santé publique de Djibouti (INSPD) et l'organisation mondiale de la santé(OMS).

Les participants les ont mises à profit pour consolider leurs acquis professionnels dans la surveillance des risques de contamination aux virus d’éventuelles pandémies de grippes saisonnières. Il s’agissait des médecins et infirmiers, issus des rangs respectifs des structures sanitaires publiques et des centres médicaux de la police qui ont également compris l’importance que revêt la circulation des données en aval de la détection des cas de grippes.

Le constat n’échappe pas au management et au personnel de l’INSPD. Tant celui-ci est impliqué dans la gestion de la collecte et la diffusion  d’informations sanitaires sur toute l’étendue du territoire national.

Faute de moyens techniques, l’INSPD est cantonné au rôle de sentinelle dans la surveillance épidémiologique et de l'investigation des cas de grippes pandémiques.

Ses ressources humaines collectent chaque semaine des informations à partir des registres de consultations des structures sanitaires publiques. Les données publiées par l'INSPD ne concernent en grande majorité que ces dernières.  Les centres médicaux parapublics et cliniques privées ne fournissent pas les données en leur possession.

Aussi, la transmission des données recueillies se fait par voie terrestre. Ce qui entrave la fluidité de la circulation d’informations sanitaires. Relever ce défi est une priorité majeure de l’INSPD.

réunion du Ministre de la santé avec Le Comité des médecins du Collège des antirétroviraux pour la prise en charge des malades sous traitement VIH

 

Le Ministre de la Santé le docteur KASSIM ISSACK OSMAN a tenu ce matin une réunion de concertation avec tous les médecins en charge de la prescription des antirétroviraux pour la prise en charge des malades atteints du VIH Sida, dans la salle de réunion du ministère.

Le point de discussion a porté sur les voies et moyens de la mise a l’échelle de la mise sous traitement anti rétroviral pour les malades séropositif et ceux au regard des recommandations de l’Organisation Mondial de la Santé (l’OMS) en la matière.

Le Ministre de la santé Dr Kassim Issack Osman à exhorter aux médecins membres du collège de formuler des propositions pour améliorer la mise sous traitement de toutes les personnes vivantes avec le VIH de manière systématique.

Cela conformément aux engagements du Gouvernement de Djibouti relatif a l’élimination de la transmission du VIH de la mère a l’enfant et l’accès universel pour toutes personnes vivant avec le VIH Sida a Djibouti.

De ce faite Le ministre Dr. Kassim Issack Osman a rappelé la priorité du département de la santé qui consiste à mettre sous traitement tous les malades vivants sur le territoire national sur recommandation de l’OMS.

Etait présent : le Directeur des Maladies Prioritaires Dr Meeke et tous les médecins du collège des ARV.

 

journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA

 

Une génération sans sida !

 Aucun pays au monde n’est à l’abri de la pandémie du sida. Le nôtre connaît une épidémie généralisée qui commence néanmoins à se stabiliser. Chiffres à l’appui, Djibouti compte 1855 personnes qui bénéficient gratuitement d’un traitement antirétroviral et de suivi adéquat. Le fait a incité hier le ministre de la Santé à lancer un appel au dépistage volontaire auprès de l’opinion publique. "Toute personne devrait connaître son statut sérologique afin que la République de Djibouti puisse atteindre l’objectif zéro nouvelle infection au VIH, zéro discrimination et zéro décès liés au Sida", a-t-il déclaré d’un ton solennel par presse interposée.

 A l’instar du reste du monde, Djibouti a célébré hier la journée mondiale de lutte contre le sida. L’occasion de saluer la mémoire de ceux qui nous ont quittés mais aussi de sensibiliser nos compatriotes sur la menace toujours persistante de cette pandémie comme l’a si bien dit le ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman, lors de son intervention faite hier dans son bureau. Diverses autres leçons en sont à tirer. 

Depuis 1988, date de la première célébration de la journée mondiale de lutte contre le sida, beaucoup de choses ont changé. D’importants progrès, inimaginables il y a quelques années, ont été enregistrés et ont changé complètement la face de la pandémie.

Selon le dernier rapport de l’ONUSIDA qui vient d’être publié, il y a eu plus de 35% de réduction des nouvelles infections depuis 2000, plus de 42% de réduction des décès liés au sida depuis le dernier pic de 2004,  58% de réduction de nouvelles infections chez les enfants depuis 2000, et depuis 2010 une augmentation de 84% de personnes qui sont sous traitement antirétroviraux. On recense actuellement plus de 15,8 millions de séropositifs sous ARV à travers le monde. Des avancées notables qui résument l’optimisme des autorités sanitaires de Djibouti et celles du reste du monde. Les unes et les autres n’occultent pas pour autant l’existence de plus de 36,9 millions de personnes vivant avec le VIH/SIDA, de 17,1 millions de personnes qui ne connaissent pas leur statut sérologique, et de 22 millions de personnes ayant besoin de traitements adéquats. Le rappel explique assez le choix du thème de la journée mondiale de lutte contre le sida de l’année 2015 qui est : "Zéro nouvelle infection due au VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au Sida". Un triple objectif qui  est toujours d’actualité même si la communauté internationale est parvenue à changer le cours de l’épidémie. La pandémie est sur le déclin, avec une chute importante de nouvelles infections et des décès liés au sida. Maintenant le but est d’aller à une étape ultérieure qui est l’éradication de l’épidémie d’ici 2030. Passons.

…Les engagements forts des autorités

nationales

Parlons plutôt du contexte national.  Aucun pays au monde n’est à l’abri de cette pandémie. Le nôtre connaît une épidémie généralisée qui commence néanmoins à se stabiliser. Chiffres à l’appui, Djibouti compte 1855 personnes qui bénéficient gratuitement d’un traitement antirétroviral et de suivi adéquat. Le fait a incité le ministre de la Santé à lancer un appel au dépistage volontaire auprès de l’opinion publique. "Toute personne devrait connaître son statut sérologique afin que la République de Djibouti puisse atteindre l’objectif Zéro nouvelle infection au VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au Sida", a-t-il déclaré d’un ton solennel par presse interposée. D’une voix plus rassurante, le Dr. Kassim Issack Osman a mis en exergue la disponibilité des services de dépistages volontaires et confidentiels dans toues les structures sanitaires. "Notre politique de dépistage est basée sur le respect des principes du consentement éclairé et de la confidentialité assurée", a-t-il martelé avec insistance. Par ailleurs il y a lieu de noter que des progrès importants ont été réalisés dans le domaine de l’accès aux soins et soutien pour les personnes vivant avec le VIH/sida permettant d’atteindre notamment 99% des femmes enceintes qui sont testées et récupéré les résultats et parmi, 86% de celles qui ont été testées positives ont pu prendre un traitement antirétroviral. Une première que le ministre de la Santé n’a pas manqué de souligner. A l’entendre, ces importantes avancées en termes d’accès au dépistage, soins et traitement ont été renforcées par une action politique forte avec la ratification du pays de la Convention Arabe pour la prévention du VIH/SIDA et la protection des droits des Personnes Vivant avec le VIH au mois de Mars 2015. Ainsi, Djibouti a été le premier pays de la ligue arabe à signer cette convention et devient de ce fait un modèle dans la région MENA dans la prévention face au risque de contamination au sida et la protection des droits de personnes vivant avec le VIH.

"Sur le plan de l’engagement politique, la Première Dame de Djibouti, Mme Kadra Mahamoud Haid, a lancé la campagne de l’élimination de la transmission du VIH/sida des parents à l’enfant lors d’un atelier qui s’est tenue le 12 octobre 2015 et au Kempinski en présence du Directeur Exécutif de l’ONUSIDA qui était en voyage officiel dans notre pays. Tout cela montre la détermination et l’engagement à tous les niveaux dans la lutte contre cette pandémie", a affirmé le Dr. Kassim Issack Osman. Autre info de taille : en plus des actions menées pour une couverture maximale des besoins en termes de prévention, de soins et de support, la République Djibouti s’est engagée dans le partage des responsabilités en organisant une table ronde sur la mobilisation des ressources domestiques et le partenariat public-privé. Comprenez par là que l’atteinte des objectifs de développement ne peut être réalisée qui si toutes les composantes de la communauté nationale se sentent concernées par la lutte contre le VIH/Sida.

Leur mobilisation doit rester entière dans la poursuite de la lutte contre le VIH sur tous les fronts. Si nous voulons arriver à une génération sans sida !

 

Laboratoire central d’analyses de l’hôpital Peltier

De nouveaux horaires d’ouverture au public

. Le ministre de la Santé s’est rendu lundi dernier au laboratoire central d’analyse de l’hôpital Peltier. Le  Dr. Kassim Issack Osman a été accueilli sur place par plusieurs responsables du centre hospitalier. L’objet de sa visite portait sur les activités complémentaires du laboratoire susceptibles de soulager les malades nécessitant des analyses. Leur mise place suppose aussi l’aménagement de nouveaux horaires d’ouverture au public. L’initiative devrait faciliter chaque matinée et après midi l’accès des usagers aux offres de services du laboratoire. Qu’il s’agisse des analyses biochimiques, microbiologiques, immunologiques ou des prélèvements pédiatriques.

La mesure répond au souci des autorités sanitaires de servir au mieux la population en toutes circonstances.

Beya adeey a son poste de sante

Le ministre de la Santé, Dr. Kassim Issack Osman, accompagné de ses principaux collaborateurs,  a inauguré jeudi dernier le poste de santé de Beya Addey dans la localité de Holl-Holl.

 Dès son arrivée sur les lieux, le ministre  a été accueilli  par le préfet Mohamed Waberi Assoweh et une foule d’anonymes.

 L’ouverture des portes du poste de santé  de Beya Addey vient à point nommé pour la population locale.

 Construite avec l’appui financier de  l’USAID et technique des forces américaines, la structure sanitaire est dotée de matériels médicaux adéquats. Elle dispose aussi de panneaux solaires qui l’alimentent en énergie et des adductions d’eau potable.

Ces détails expliquent assez les remerciements appuyés que le chef du village de Beya Addey a adressés au gouvernement qui ne ménage pas ses efforts afin de couvrir les besoins en soins de qualité et de proximité des communautés enclavées du pays. Le notable n’a pas manqué de rendre hommage au sens de l’initiative de l’USAID qui a contribué au financement de ce poste de santé.

 Dans une brève intervention faite sur place, le préfet de la région a incité ses administrés au respect des principes du civisme et de leurs devoirs de citoyens dans la préservation des installations sanitaires flambant neuves de Beya Addey.  

 Le ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman a pour sa part mis en exergue le rôle crucial que ce poste de santé va jouer dans l’accès des plus vulnérables, notamment les enfants et femmes, aux soins.

 De son côté, le représentant de l’USAID a souligné que  la construction de cette structure de santé témoignait du renforcement des liens de coopération multiforme  entre la République de Djibouti  et les Etats-Unis d’Amérique. "Le gouvernement et le peuple américains sont disponibles pour aider le gouvernement et le peuple de Djibouti en vue de l’atteinte de leurs objectifs visant l’amélioration de la santé des populations  qui vivent dans les zones reculées du pays", a affirmé M. Gabriel Grau. 

Après les discours officiels, place au rituel de la visite guidée que les personnalités ont effectuée sous les pas du responsable du poste de santé de Beya Addey. Sa mise en service répond au besoin d’extension de la couverture sanitaire au niveau national. Il s’agit là d’une des priorités de la feuille de route du président de la République

 

COMMUNIQUE

CAMPAGNE DE VACCINATION NATIONAL CONTRE LA ROUGEOLE  2015

Le Ministère de la Santé, en collaboration avec le Ministère de l’Education National et de la Formation Professionnelle ainsi que ses partenaires techniques et financiers l’UNICEF et l’OMS et l’appui financier du Gouvernement du Japon, a démarré aujourd’hui la Campagne Nationale de la vaccination contre la Rougeole.

Cette Campagne de Vaccination contre la Rougeole a démarrée ce matin au Collège de BOULAOS en présence de Mr. Ali Sillaye Abdallah Secrétaire Général du Ministère de la Santé et de Mr. Aroun Omar Aden Secrétaire Général du MENFOP, de Mr Abdi Sakieh Kayad Directeur de l’Enseignement et de la pédagogie du MENFOP, du Représentant de l’UNICEF et de plusieurs cadres du ministère de la sante.

Cette campagne se déroulera du 14 au 19 Novembre 2015 sur l’ensemble du territoire national. Elle cible les jeunes de 15 à 25 ans et à donc toucher les élèves de 9ème année du collège de Boulaos et touchera également tous les autres collèges, les lycées, l’Université de Djibouti, les centres de développement communautaire et les lieux publics ou se trouvent tous les jeunes de 15 à 25 ans.

L’objectif de cette campagne de vaccination est de lutter contre la Rougeole qui touche également la tranche d’âge de 15 ans et plus. En même temps que les centres de santé de la capitale, les médecins-chefs des régions de l’Intérieur ont également procéder au lancement de la campagne de vaccination qui va durée 6 jours dans tous le pays jusque dans les postes de santé s’y rattachant

Communique

CAMPAGNE VACCINATION  POLIOMYELITE 2015

Le Ministère de la Santé, en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers l’UNICEF et l’OMS et l’appui financier du Gouvernement du Japon, a démarré aujourd’hui la campagne nationale de la vaccination contre la poliomyélite.

Dans le cadre du démarrage de la Campagne de Vaccination Poliomyélite 2015 du 3 au 5 Novembre dans l’ensemble du territoire national. Le Secrétaire Général du Ministère de la santé Mr. Ali Sillaye Abdallah a effectué une visite de terrain dans les centres de santé communautaires de BB2, Hayableh et d’Einguela accompagné du Directeur des Régions Sanitaires Mr. Houssein Mohamed Houssein et du Directeur des Etudes de la Planification Mr. Mahad Hassan Ibrahim, d’un représentant de l’UNICEF.

L’objectif de cette campagne de vaccination est de lutter contre la poliomyélite des enfants de 0 à 5 ans dans l’ensemble du pays. À Djibouti, et grâce aux efforts remarquables du gouvernement en collaboration avec les partenaires du développement, aucun cas de Polio n’a été signalé

En même temps que les centres de santé de la capitale, les médecins-chefs des régions de l’Intérieur ont également procéder au lancement de la campagne de vaccination qui va durée 5 jours dans tous le pays jusque dans les postes de santé s’y rattachant.

Cette campagne renforce les activités de vaccination de la routine qui se fait dans toutes les structures de santé avec la vaccination des enfants de 0 à 5 ans.

La cible visée dans cette campagne était:

* Vacciner 100% d’enfants de 0 à 5 ans contre la Polio

* Détecter les cas de Paralysie Flasque Aigue (PFA).

Des actions de sensibilisation de porte à porte des maisons ont été menées dans toute la capitale et les régions de l’intérieur par les équipes vaccinateurs et enregistreurs, mobilisatrices et des relais communautaires.

La priorité du ministère de la santé est l’amélioration de la protection des enfants et de prévenir la polio avec des moyens réduits par rapport aux campagnes précédentes.

 

sante:

Des ambulances médicalisées pour l’hôpital de Balbala

 Dans le cadre de la coopération Djibouti-turque en matière de santé, le ministère de la Santé à lancé mardi dernier une formation de  quatre jours consécutifs au profit des utilisateurs d’ambulances médicalisées offertes par le gouvernement turc.

La séance d’ouverture de cette formation, qui a eu lieu hier dans la salle de conférence de l’hôpital italien de Balbala s’est déroulée en présence du directeur des Etudes et de la coopération internationale du ministère de la Santé, M. Mahad Ibrahim Hassan, du directeur des régions sanitaires, M. Houssein Mohamed Houssein et du directeur de l’hôpital de Balbala, Dr Madiane  Mohamed Said. Pour cette formation, destinée à permettre aux personnels médicaux et paramédicaux ainsi qu’aux ambulanciers  et aux conducteurs de se servir comme il faut de ces véhicules,  l’agence de coopération turque, la TIKA, à dépêché une équipe de spécialistes.

AMELIORATION DU SYSTEME SANITAIRE

EVALUATION DE LA CHAINE D'APPROVISIONNEMENT

Le ministère de la Santé, en collaboration avec l'USAID et Supply Chain management System (SCMS), a organisé hier au Kempinski palace un atelier sur  l'évaluation  de la chaîne d'approvisionnement  nationale pour soutenir  l'amélioration du système sanitaire à Djibouti.

Le ministre de la santé, Dr Kassim Issak Osman,  a présidé hier la cérémonie officielle d’ouverture d’un atelier de quatre jours sur l'évaluation  de la chaîne d'approvisionnement nationale pour soutenir  l'amélioration du système sanitaire à Djibouti.

Outre le ministre de la santé, la cérémonie de lancement de cet atelier a vu la participation de l'ambassadeur des Etats Unis d'Amérique  à Djibouti, M. Tom Kelly, du secrétaire général du ministère de la Santé, M. Ali Silay, des représentants des agences des Nations Unies opérant à Djibouti, de consultants du Système de Gestion des chaînes d'Approvisionnent  (SCMS) et de hauts cadres  du ministère de la Santé.

Cet atelier définit, pour le gouvernement djiboutien, le cadre pour l’établissement d’une chaîne d’approvisionnement  plus forte, plus fiable et plus efficace qui répond aux besoins de la population Djiboutienne. L’objectif des études faites en amont était de recueillir des preuves sur la chaîne d’approvisionnement actuelle, identifier les défis et prioriser un ensemble de domaines cruciaux en vue de commencer à renforcer le système.

L'importance  de cet atelier  est d'évaluer et de comprendre les faiblesses et les points forts de notre système d'approvisionnement pour la santé. la performance de notre  système d'approvisionnement  et la  gestion  des produits  pharmaceutiques  qui  ne peut être appréciée  et  mesurée qu’en  fonction  de la qualité des opérations logistiques et de leur bonne exécution.

Durant cet atelier les experts nationaux et ceux de Supply Chain management System (SCMS) qui ont évalué  la chaîne d'approvisionnement nationale vont  exposer les différentes observations et résultats obtenus. A l'issue des  sessions de travail et d’échanges, le personnel de santé  devront  identifier les axes stratégiques qui peuvent être mis en place dans le cadre d’un dispositif national pour améliorer la mise à disposition de produits de  santé de qualité. Les mécanismes de financement et de planification de chaque axe stratégique devront également faire l'objet d’un processus détaillé pour la mise en œuvre du plan d’actions.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre de la Santé, Dr Kassim Issak Osman, a indiqué  que " la disponibilité des médicaments de qualité sont un enjeu primordial de santé publique. Ils jouent évidement un rôle capital dans de nombreux aspects des soins de santé. Lorsqu’ils sont disponibles, accessibles, de bonne qualité et bien utilisés, les médicaments peuvent offrir une réponse simple et efficace à de nombreux problèmes de santé. Malgré cette importance évidente  force est de constater qu’il subsiste toujours chez nous de très nombreux problèmes liés au manque d’accès et à l’usage rationnel des produits pharmaceutiques. C 'est pour remédier à cette problématique que nous sommes engagés au plus haut niveau pour consolider les acquis de ces dernières années et pour donner un nouveau souffle à  l’amélioration progressive de notre système d’approvisionnement pharmaceutique à travers un rôle  accru de la CAMME. L objectif du gouvernement étant bien entendu d'assurer, faut-t-il le rappeler, la disponibilité, l’accessibilité et une utilisation rationnelle des médicaments

CARAVANE EQUIPE MEDICALE DE LA  LOCALITE

FIRISSE DANS LA REGION D’OBOCK

Dans le cadre des activités de consultations mensuelles misent en place par l’équipe cadre du centre médical hospitalier de la région Arta pour le rapprochement des soins dans les localités dans les villages.

Une équipe mobile du CMH OBOCK s’est déplacée dans la localité de FIRISSE avec le médecin de l’équipe mobile du centre hospitalier Dr. Warsama Abib pour y effectuer des consultations et des soins de proximités.

Etaient présents :

� Le Médecin de l’équipe mobile du CMH Obock et ses techniciens paramédicaux (infirmiers et sage femmes).

Le but de l’équipe mobile est de prodiguer des soins dans les localités les plus reculées des structures de santé fixe.

Les prestations offertes à la population de la localité étaient :

- les consultations médicales, les soins de la reproduction, la vaccination, la prise en charge des enfants (PCIME)…Etc.

Le nombre de personnes consultées étaient : 44 adultes ; 29 enfants PCIME, 10 vaccinations, 7 CPN, pour l’ensemble des localités.

Le ministère de la santé avec ces actions de délocalisation à travers cette stratégie compte rapprocher les soins à la population des régions en déplacement les médecins et paramédicaux.

Ministre de la sante remet une ambulance à la localité de Lac Assal

de la région de Tadjourah

Le Ministre de la santé Dr. Kassim Issak Osman accompagné par les parlementaires de la région de Tadjourah, le chef d'état major de la gendarmerie Nationale Colonel Zakaria Hassan Aden se sont rendues à lac Assal où ils ont été accueillis par le Préfet de la région Mr. Abdoulmalik Mohamed Banoita, le Secrétaire Exécutif du conseil régional Mr. Houmed Maki, le sous préfet de la région Mr. Mohamed Oudoum ainsi que la population de la localité.

L'Objet de leur mission était l'installation d’une ambulance équipe pour secourir la population qui fréquente cette localité, ensuite le ministre de la santé Dr. Kassim Issack Osman a eu une réunion avec les autorités et les notables de la localité de Lac Assal afin de transmettre les salutation du Président de la République SE Mr Ismael Omar Guelleh Chef du Gouvernement, mais également le remerciement du colonel zakaria pour la disponibilisation d'un infirmier et d'un chauffeur en attendant que le ministre de la sante y trouve une solution.

De sa part, la population de la localité de lac Assal a remerciée le chef de l’état pour son soucis permanent du bien être de son peuple et a félicitée le ministre de la sante pour son initiative.

De sa part le Ministre de la santé a exhorte la population de veuillez à l'utilisation rationnelle de cette ambulance en demandant de créer un comite de gestion.

Enfin, suite aux différentes doléances de la population dont l'absence d'une école dans la zone de LAC ASSAL très peuple et le manque d'eau, le ministre de la sante s'est engagé qu'il transmettra leur messages à ces collègues concernées

 

CARAVANE EQUIPE MEDICALE DE LA  LOCALITE

FIRISSE DANS LA REGION D’OBOCK

 

Dans le cadre des activités de consultations mensuelles misent en place par l’équipe cadre du centre médical hospitalier de la région Arta pour le rapprochement des soins dans les localités dans les villages.

Une équipe mobile du CMH OBOCK s’est déplacée dans la localité de FIRISSE avec le médecin de l’équipe mobile du centre hospitalier Dr. Warsama Abib pour y effectuer des consultations et des soins de proximités.

Etaient présents :

� Le Médecin de l’équipe mobile du CMH Obock et ses techniciens paramédicaux (infirmiers et sage femmes).

Le but de l’équipe mobile est de prodiguer des soins dans les localités les plus reculées des structures de santé fixe.

Les prestations offertes à la population de la localité étaient :

- les consultations médicales, les soins de la reproduction, la vaccination, la prise en charge des enfants (PCIME)…Etc.

Le nombre de personnes consultées étaient : 44 adultes ; 29 enfants PCIME, 10 vaccinations, 7 CPN, pour l’ensemble des localités.

Le ministère de la santé avec ces actions de délocalisation à travers cette stratégie compte rapprocher les soins à la population des régions en déplacement les médecins et paramédicaux.

Communique
Le Ministre de la santé inaugure le poste de sante de Kalaf dans la région de Tadjoura

Le Ministre de la Sante Dr. Kassim Issack Osman accompagné d’une forte délégation de son département et des élus de la région, a inauguré ce matin le poste de santé de KALAF de la Région de Tadjourah. A son arrivée le ministre de la santé a été reçu par le Préfet de la Région Mr. Abdoulmalik Mohamed Banoita, le Secrétaire du conseil régional Mr. Houmed Maki, les parlementaires de la région, les hauts cadres natifs de la localité et les Okals de la localité et de la région.

Le poste de santé de KALAF a été construit avec l’appui financé du partenaire au développement qu’est l’USAID à travers l’US ARMY. C’est un poste de santé équipé et doter de panneaux solaires.Dans un premier temps le ministre a inauguré la plaque du poste de santé et a procédé avec le préfet de la région et la délégation a la visite des différents unités à savoir : la consultation des femmes, la salle d’accouchement, l’unité de prise en charge des enfants…

Dans un 2nd temps le ministre s’est entretenu avec les Okals de la localité de KALAF cela en présence des autorités de la région lors de son intervention, le Ministre de la santé Dr. Kassim Issack Osman a remercié chaleureusement la population pour son accueil et n’a pas manqué de transmettre les salutations du Président de la République Mr. Ismael Omar Guelleh Chef du Gouvernement à la population de la localité de KALAF

Le ministre a également remercié l’USAID pour son appui financé et son soutien constant qu’elle apporte au département de la sante pour l’atteinte des objectives améliorations de la santé de la population Djiboutienne.Il a également abordé l’incident regrettable qui a eu lieu dans la région et qui conduit à l’incendie d’une ambulance. Le Ministre a rappelé à la population que de telles actions ne peuvent nuire qu’à l’image de la population Djiboutienne et qu’il faut faire preuve de civisme et de citoyenneté en préservant les bâtiments et les équipements qui servent au plus nécessiteux pour la santé dans l’intérêt de tous et de toutes.Pour terminer le Ministre à exhorter la population d’utiliser pleinement le poste de santé pour les accouchements des femmes enceintes et les soins des enfants. Il a également affirmé que le département de la santé va les accompagner dans l’installation de l’adduction de l’eau du poste.

+ Chef de village de la localité de KALAF

+ Intervention de Secrétaire du Conseil régional

+ Intervention Préfet de la Région

+ Intervention de la popula

AMELIORATION DU SYSTEME SANITAIRE

EVALUATION DE LA CHAINE D'APPROVISIONNEMENT

Le ministère de la Santé, en collaboration avec l'USAID et Supply Chain management System (SCMS), a organisé hier au Kempinski palace un atelier sur  l'évaluation  de la chaîne d'approvisionnement  nationale pour soutenir  l'amélioration du système sanitaire à Djibouti.

Le ministre de la santé, Dr Kassim Issak Osman,  a présidé hier la cérémonie officielle d’ouverture d’un atelier de quatre jours sur l'évaluation  de la chaîne d'approvisionnement nationale pour soutenir  l'amélioration du système sanitaire à Djibouti.

Outre le ministre de la santé, la cérémonie de lancement de cet atelier a vu la participation de l'ambassadeur des Etats Unis d'Amérique  à Djibouti, M. Tom Kelly, du secrétaire général du ministère de la Santé, M. Ali Silay, des représentants des agences des Nations Unies opérant à Djibouti, de consultants du Système de Gestion des chaînes d'Approvisionnent  (SCMS) et de hauts cadres  du ministère de la Santé.

Cet atelier définit, pour le gouvernement djiboutien, le cadre pour l’établissement d’une chaîne d’approvisionnement  plus forte, plus fiable et plus efficace qui répond aux besoins de la population Djiboutienne. L’objectif des études faites en amont était de recueillir des preuves sur la chaîne d’approvisionnement actuelle, identifier les défis et prioriser un ensemble de domaines cruciaux en vue de commencer à renforcer le système.

L'importance  de cet atelier  est d'évaluer et de comprendre les faiblesses et les points forts de notre système d'approvisionnement pour la santé. la performance de notre  système d'approvisionnement  et la  gestion  des produits  pharmaceutiques  qui  ne peut être appréciée  et  mesurée qu’en  fonction  de la qualité des opérations logistiques et de leur bonne exécution.

Durant cet atelier les experts nationaux et ceux de Supply Chain management System (SCMS) qui ont évalué  la chaîne d'approvisionnement nationale vont  exposer les différentes observations et résultats obtenus. A l'issue des  sessions de travail et d’échanges, le personnel de santé  devront  identifier les axes stratégiques qui peuvent être mis en place dans le cadre d’un dispositif national pour améliorer la mise à disposition de produits de  santé de qualité. Les mécanismes de financement et de planification de chaque axe stratégique devront également faire l'objet d’un processus détaillé pour la mise en œuvre du plan d’actions.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre de la Santé, Dr Kassim Issak Osman, a indiqué  que " la disponibilité des médicaments de qualité sont un enjeu primordial de santé publique. Ils jouent évidement un rôle capital dans de nombreux aspects des soins de santé. Lorsqu’ils sont disponibles, accessibles, de bonne qualité et bien utilisés, les médicaments peuvent offrir une réponse simple et efficace à de nombreux problèmes de santé. Malgré cette importance évidente  force est de constater qu’il subsiste toujours chez nous de très nombreux problèmes liés au manque d’accès et à l’usage rationnel des produits pharmaceutiques. C 'est pour remédier à cette problématique que nous sommes engagés au plus haut niveau pour consolider les acquis de ces dernières années et pour donner un nouveau souffle à  l’amélioration progressive de notre système d’approvisionnement pharmaceutique à travers un rôle  accru de la CAMME. L objectif du gouvernement étant bien entendu d'assurer, faut-t-il le rappeler, la disponibilité, l’accessibilité et une utilisation rationnelle des médicaments

CARAVANE EQUIPE MEDICALE DE LA  LOCALITE

FIRISSE DANS LA REGION D’OBOCK

 

Dans le cadre des activités de consultations mensuelles misent en place par l’équipe cadre du centre médical hospitalier de la région Arta pour le rapprochement des soins dans les localités dans les villages.

Une équipe mobile du CMH OBOCK s’est déplacée dans la localité de FIRISSE avec le médecin de l’équipe mobile du centre hospitalier Dr. Warsama Abib pour y effectuer des consultations et des soins de proximités.

Etaient présents :

� Le Médecin de l’équipe mobile du CMH Obock et ses techniciens paramédicaux (infirmiers et sage femmes).

Le but de l’équipe mobile est de prodiguer des soins dans les localités les plus reculées des structures de santé fixe.

Les prestations offertes à la population de la localité étaient :

- les consultations médicales, les soins de la reproduction, la vaccination, la prise en charge des enfants (PCIME)…Etc.

Le nombre de personnes consultées étaient : 44 adultes ; 29 enfants PCIME, 10 vaccinations, 7 CPN, pour l’ensemble des localités.

Le ministère de la santé avec ces actions de délocalisation à travers cette stratégie compte rapprocher les soins à la population des régions en déplacement les médecins et paramédicaux.

 

Communique
Le Ministre de la santé inaugure le poste de sante de Kalaf dans la région de Tadjour
a

Le Ministre de la Sante Dr. Kassim Issack Osman accompagné d’une forte délégation de son département et des élus de la région, a inauguré ce matin le poste de santé de KALAF de la Région de Tadjourah. A son arrivée le ministre de la santé a été reçu par le Préfet de la Région Mr. Abdoulmalik Mohamed Banoita, le Secrétaire du conseil régional Mr. Houmed Maki, les parlementaires de la région, les hauts cadres natifs de la localité et les Okals de la localité et de la région.

Le poste de santé de KALAF a été construit avec l’appui financé du partenaire au développement qu’est l’USAID à travers l’US ARMY. C’est un poste de santé équipé et doter de panneaux solaires.Dans un premier temps le ministre a inauguré la plaque du poste de santé et a procédé avec le préfet de la région et la délégation a la visite des différents unités à savoir : la consultation des femmes, la salle d’accouchement, l’unité de prise en charge des enfants…

Dans un 2nd temps le ministre s’est entretenu avec les Okals de la localité de KALAF cela en présence des autorités de la région lors de son intervention, le Ministre de la santé Dr. Kassim Issack Osman a remercié chaleureusement la population pour son accueil et n’a pas manqué de transmettre les salutations du Président de la République Mr. Ismael Omar Guelleh Chef du Gouvernement à la population de la localité de KALAF

Le ministre a également remercié l’USAID pour son appui financé et son soutien constant qu’elle apporte au département de la sante pour l’atteinte des objectives améliorations de la santé de la population Djiboutienne.Il a également abordé l’incident regrettable qui a eu lieu dans la région et qui conduit à l’incendie d’une ambulance. Le Ministre a rappelé à la population que de telles actions ne peuvent nuire qu’à l’image de la population Djiboutienne et qu’il faut faire preuve de civisme et de citoyenneté en préservant les bâtiments et les équipements qui servent au plus nécessiteux pour la santé dans l’intérêt de tous et de toutes.Pour terminer le Ministre à exhorter la population d’utiliser pleinement le poste de santé pour les accouchements des femmes enceintes et les soins des enfants. Il a également affirmé que le département de la santé va les accompagner dans l’installation de l’adduction de l’eau du poste.

+ Chef de village de la localité de KALAF

+ Intervention de Secrétaire du Conseil régional

+ Intervention Préfet de la Région

+ Intervention de la popula

Ministre de la sante remet une ambulance à la localité de Lac Assal

de la région de Tadjourah

Le Ministre de la santé Dr. Kassim Issak Osman accompagné par les parlementaires de la région de Tadjourah, le chef d'état major de la gendarmerie Nationale Colonel Zakaria Hassan Aden se sont rendues à lac Assal où ils ont été accueillis par le Préfet de la région Mr. Abdoulmalik Mohamed Banoita, le Secrétaire Exécutif du conseil régional Mr. Houmed Maki, le sous préfet de la région Mr. Mohamed Oudoum ainsi que la population de la localité.

L'Objet de leur mission était l'installation d’une ambulance équipe pour secourir la population qui fréquente cette localité, ensuite le ministre de la santé Dr. Kassim Issack Osman a eu une réunion avec les autorités et les notables de la localité de Lac Assal afin de transmettre les salutation du Président de la République SE Mr Ismael Omar Guelleh Chef du Gouvernement, mais également le remerciement du colonel zakaria pour la disponibilisation d'un infirmier et d'un chauffeur en attendant que le ministre de la sante y trouve une solution.

De sa part, la population de la localité de lac Assal a remerciée le chef de l’état pour son soucis permanent du bien être de son peuple et a félicitée le ministre de la sante pour son initiative.

De sa part le Ministre de la santé a exhorte la population de veuillez à l'utilisation rationnelle de cette ambulance en demandant de créer un comite de gestion.

Enfin, suite aux différentes doléances de la population dont l'absence d'une école dans la zone de LAC ASSAL très peuple et le manque d'eau, le ministre de la sante s'est engagé qu'il transmettra leur messages à ces collègues concernées

 

Signature d 'une convention de coopération entre l'hopital Peltier et  

Chu d'Anger
 

Le ministre de la Santé, Dr. Kassim Issack Osman, a reçu  mercredi dernier  dans une délégation du Centre hospitalier universitaire d’Angers conduite par la directrice des affaires médicales du CHU d’Angers.
La rencontre a eu lieu en présence  notamment du directeur général de l’hôpital Peltier et du représentant de l’Agence française de développement (AFD).
L’objectif de cette rencontre était d’entériner la signature d’une convention de coopération d’une année entre le Centre hospitalier universitaire d’Angers et l’hôpital général Peltier.
Cette convention concerne une coopération dans les domaines suivants : le perfectionnement professionnel des personnels hospitaliers, l’amélioration du fonctionnement de l’hôpital Peltier, l’accueil au CHU d’Angers de stagiaires de l’hôpital Peltier, la participation de cadres médicaux, paramédicaux et médicaux techniques, à la formation initiale et continue des personnels de l’Hôpital général Peltier et le transfert de patients de l’hôpital Peltier vers le CHU d’Angers.
Il a été également question d’un partenariat dans des domaines de spécialités : la néphrologie (plus particulièrement la dialyse), la cardiologie, la radiologie et la biologie. A cette occasion, le ministre de la Santé, Dr. Kassim Issack Osman, a évoqué auprès de l’équipe du CHU d’Angers l’importance d’appuyer la prise en charge des spécialités des pathologies les plus récurrentes à Djibouti. Les deux parties ont convenu d’une expertise qui sera réalisée dans le courant de  2015 sur l’hôpital général Peltier afin de définir les priorités et les aspects pratiques de cette future collaboration.

 


Visite du Secrétaire Exécutif de l'ONUSIDA à Djibouti

Le temps des préparatifs

Le ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman, a présidé hier  dans son cabinet ministériel une réunion sur les préparatifs de la prochaine visite du Secrétaire Exécutif de l’ONUSIDA, prévue du 12 au 13 octobre 2015 à Djibouti. La rencontre a regroupé des hauts fonctionnaires du département ministériel de la santé et des responsables issus des rangs respectifs de l’OMS, l’UNICEF, l’IGAD, et du bureau FHI 360. Ces derniers ont en commun d’œuvrer dans la promotion de la santé infantile et maternelle au niveau national.

Le ministre et ses interlocuteurs ont discuté de l’agenda du prochain séjour de travail du Secrétaire Exécutif de l’ONUSIDA en République de Djibouti. Ils ont également abordé les conditions d’accélération de la réduction de la transmission du VIH entre parent et enfant au pays. Les deux parties ont ainsi passé en revue les grandes lignes du plan élaboré à cet effet par le Ministère de la Santé.
Dans cette perspective, le Dr. Kassim Issack Osman a souligné l’importance que revêt la collaboration étroite entre son département ministériel et les partenaires au développement.  Le bon déroulement et l’aboutissement réussi des actions communes en dépendent beaucoup. Qu’il s’agisse de la promotion de la santé infantile et maternelle ou de la prévention des risques de contamination au sida.

Tadjourah - Le ministre de la Santé octroie une ambulance
 
 

 

 

Le ministre de la santé, Dr Kassim Issack Osman, accompagné d’une délégation de son département, s’est rendu  jeudi dernier dans la région de Tadjourah afin d’inaugurer l’ouverture d’un nouveau poste de santé qui fut reporté à une date ultérieure.


Il a donc octroyé à la région une nouvelle ambulance entièrement équipée,  provenant du don fourni par le gouvernement turque au Centre médico-hospitalier de Tadjourah.
L'événement a réuni sur place  le préfet de la région de Tadjourah, M. Abdoulmalik Mohamed Banoïta, le président du conseil régional, M. Hassan Houssein Omar et le  médecin-chef  du centre médico-hospitalier de la région, M. Daoud Abdoulkader Mohamed.

 La cérémonie s'est déroulée également en présence du  ministre des Affaires étrangères, Mahamoud Ali Youssouf, de la ministre de la Promotion de la femme, Hasna Barkad Daoud, ainsi que des parlementaires issus de la région de Tadjourah,  à savoir Mme Fatouma Mohamed Kamil, Mme Ouma Mohamed Homid, M. Ali Adoyta, et M. Youssouf Moutouna Abobakri  et du directeur des régions sanitaires, M. Houssein Mohamed Houssein
Enfin, le ministre de la Santé, Dr Kassim Issack Osman, a tenue une réunion de travail au CMH de Tadjourah via la technologie WIMAX avec les médecins chefs des quatre autres régions de l’intérieur.
En fin d'après-midi, le ministre de la Santé s’est rendu au poste de santé de Ripa.

Mohamed chakib
 

COMMUNIQUE
 
 

Programme national de vaccinations


Le temps de l’évaluation
Il était question de l’évaluation du programme de vaccinations dimanche dernier au cabinet du Ministère de la Santé.
Le ministre de la Santé, Dr. Kassim Issack Osman,  a tenu dimanche dernier  dans son cabinet ministériel une réunion de travail avec la mission d’évaluation conjointe de GAVI, venue de Genève, et les partenaires au développement (OMS et UNICEF). La rencontre était consacrée au programme de vaccinations.
Elle s'est déroulée en présence des hauts fonctionnaires du Ministère de la Santé, dont le  secrétaire général par intérim, l’équipe d’évaluation de GAVI, le représentant de l’OMS à Djibouti, et le représentant adjoint du bureau local de  l’UNICEF.
Les deux parties ont effectué une évaluation complète du programme national de vaccinations. Ce faisant, elles ont abordé la gestion des vaccins, l’utilisation des services, les difficultés existantes, l’exploitation efficiente des subventions des partenaires que sont GAVI, l’OMS, et l’UNICEF en matière d’aide à la vaccination. Elles ont ensuite évoqué l’exécution du programme d’appui RSS GAVI qui a démarré depuis le début de cette année.
Des  conditions aussi qui sont propices au renforcement de la performance du pays en matière de vaccinations.
Dans une brève déclaration faite devant ses principaux collaborateurs et ses hôtes, le ministre de la Santé a rappelé l’importance que revêt la vaccination de tous les enfants sur le territoire national. Il l’a illustré  à travers l’investissement sur le plan humain et financier du gouvernement de Djibouti.
Par la suite, le Dr. Kassim Issack Osman  a tenu une autre réunion avec le responsable du programme élargi de vaccinations et son staff afin de discuter des cas de rougeole détecté dans quelques secteurs des régions de l’intérieur. Enfin, le ministre a donné des instructions en vue du lancement d’une campagne de vaccination de riposte contre ces cas de rougeole dès la semaine prochaine dans les zones nécessitant une intervention urgente.

 

COMMUNIQUE
 

Le Ministre de la Santé Dr Kassim issak Osman a convié ce matin une réunion de travail avec l’ensemble des Médecins-Chef des régions de l’Intérieurs et ceux de Djibouti-Villes.

Etaient présents à cette réunion :

Le Directeur des Régions Sanitaires
La Directrice des Ressources Humains et Financières
Le Chef de Service des soins des bases
Le Chef de Service d’Education pour la Santé

L’Objectif de cette réunion portait sur l’état d’avancement des centres de communautaires et des CMH des régions, la mise à jour de leurs rapports mensuels, la réorganisation de la gestion des leurs personnels administratifs et paramédicaux, l’octroi des 6 nouvelles ambulances aux centres de santé communautaires nécessitants ceux des régions ainsi que ceux de Djibouti Villes.

Dans son réaction le ministre de la santé Dr Kassim Issak Osman a réitère aux médecins –chef l’importance l’envoyer des rapports mensuels à temps au service d’information sanitaire du ministère de la santé.


Équipe Mobile de Tadjourah

Dans le cadre des activités de consultations mensuelles misent en place entre par la Direction des régions sanitaires du Ministère de la Santé pour le rapprochement des soins dans les localités des régions de l’intérieur, l’équipe mobile de Dikhil s’est déplace dans la localité de Andaba qui se situe à 110 km du Chef Lieu.
Le but de l’équipe mobile est de prodiguer des soins dans les localités d’où une structure de santé fixe est inexistante.


Les prestations offertes à la population de la localité sont comme suite, les consultations médicales Adulte 60 personnes, les soins de la reproduction 35 femmes, la vaccination 05, les Consultation enfants 67 et enfin la promotion de l’Hygiène ainsi que la nutrition …Etc.


Et enfin ces actions de délocalisation des consultations médicalises se font sur une programmation mensuelle planifie par le médecin-chef de la région et la supervision de cette caravane mobile par Dr Abdourazack Farah Omar afin de mieux servir la population de la région de TadjourA


caravanne médicale à Lac Assal

Dans le cadre des activités des consultations mensuelles misent en place par la direction des régions sanitaires.
L’équipe Mobile de la Région de Tadjourah composée d’un médecin, d’une sage femme, d’un Infirmier, d’un vaccinateur, d’un laborantin et d’un agent de nutrition se sont rendues dans la localité de Lac ASSAL dont l’optique d’apporter à la population de ce secteur tous les soins possibles.
Muni d’un véhicule équipé, Le médecin et son équipe ont pu consulter et soigner sur place plus de 150 personnes, composées de patients de tout âge.
A cet effet, l’équipe mobile de CMHT de Tadjourah, conduite par son médecin chef Daoud Abdoulkader a fait bénéficier des centaines de personnes qui s’est sont déplaces afin d’en profites ces différentes prestations suivantes  qui sont :
Consultations adultes : 95
Consultation pédiatriques : 57
Dépistage de malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans : 23
Consultation prénatal et postnatal ainsi que le planning familial : 43
Des séances de sensibilisations dans le cadre de prévention de certains pathologies materno-infantile tels que : Les complications d’accouchement, l’hypertension artériel de la grossesse, l’anémie, les infections …etc.
Et enfin les examens de laboratoire complètent et leurs diagnostiques ont effectues l’équipe Mobile sur placer, afin les habitants de la localité puissent de cette occasion.

Dans ce sens que le Médecin chef du CMHT de Tadjourah a précisé que les activités de l’équipe sont nécessaires , et font partie des plus grandes priorités du Ministère de la Santé.

Équipe Mobile de Dikhil
 

Dans le cadre des activités de consultations mensuelles misent en place entre par la Direction des régions sanitaires du Ministère de la Santé pour le rapprochement des soins dans les localités des régions de l’intérieur, l’équipe mobile de Dikhil s’est déplace dans la localité de Chekaitto qui se situe à 15 km du Chef Lieu.

Le but de l’équipe mobile est de prodiguer des soins dans les localités d’où une structure de santé fixe est inexistante.
Les prestations offertes à la population de la localité sont comme suite, les consultations médicales Adulte 35 personnes, les soins de la reproduction 05 femmes, la vaccination 07, Consultations enfants 46 ,la promotion de l’Hygiène, la nutrition …Etc.

Et enfin ces actions de délocalisation des consultations médicalises se font sur une programmation mensuelle planifie par le médecin-chef de la région et sous la supervision de cette caravane Mobile Dr Ilyas Abdi afin de mieux servir la population de la région de Dikhil.

Formation pour le personnel de santé du centre médical a obock
 

L’institut national de santé publique a réalisée une formation de deux jours pour le personnel de santé  du centre médical hospitalier d’Obock, au sein du CMH.

L’objectif de cette formation était de renforcer les connaissances de tout le personnel sur les mesures de préventions en matière d’hygiènes.
Etait présent : Dr. Ibrahim Ali directeur de l’institut national de santé publique, Dr. Helem Arbahim médecin chef du centre médical hospitalier d’Obock.
Ce renforcement concernait les axes suivants :
Connaissance des modalités de déclaration des maladies obligatoires ; comprendre les principaux objectifs de la surveillance épidémiologique.
Présenter les différents moyens préventifs de lutte contre les maladies dues aux mauvais hygiènes ;
Les infirmiers, les laborantins, les agents communautaires exerçant dans le centre médicaux hospitaliers ont été formés.
A la fin de la formation de deux jours, l’équipe de l’INSPD a réalisée des pulvérisations au camp de refugiés Markazi, en montrant les mesures d’hygiènes qui doivent être applique pour éviter toutes les maladies.
La priorité du ministère de la santé est de lutter contre l’apparition de ces maladies qui touchent les femmes et les enfants sur l’ensemble du territoir

une équipe mobile du CMH se rend au Lac Assal et à Gedkarwené
 

Dans le cadre des activités de consultations mensuelles misent en place par l’équipe cadre du centre médical hospitalier de la région d’Arta pour le rapprochement des soins dans les localités dans le village.
Une équipe mobile du CMH d’Arta s’est déplacée dans la localité de Lac Assal et de « Gedkarwené » avec le médecin de l’équipe mobile du centre hospitalier Dr. Houssein  Hassan Abdi pour y effectuer des consultations et des soins de proximités.

Etaient présents :

Le Médecin de l’équipe mobile du CMH d’Arta et ses techniciens paramédicaux (infirmiers et sage femmes).

Le but de l’équipe mobile est de prodiguer des soins dans les localités les plus reculées des structures de santé fixe.

Les prestations offertes à la population de la localité étaient :

     - les consultations médicales, les soins de la reproduction, la vaccination, la prise en charge des enfants (PCIME)…Etc.  

Le nombre de personnes consultées étaient : 42 adultes 35 enfants PCIME, 15 vaccinations, 28 CPN pour la localité de Lac Assal et de 28 Adultes, 40 enfants PCIME 25 enfants vaccinés et 18 CPN, pour la localité de Gedkarwéne.

Le ministère de la santé avec ces actions de délocalisation à travers cette stratégie compte rapprocher les soins à la population des régions en déplacement les médecins et paramédicaux.

Lutte contre la pandémie grippale à Djibouti : Une vigilance accrue
 
 

Il était question de pandémie grippale mercredi dernier au palais du peuple. Du renforcement de capacités nationales aussi qui s’avère indispensable dans la surveillance des syndromes grippaux. Il s’agit là d’une priorité majeure pour le Ministère de la Santé qui recense depuis un certain temps des cas des grippes dans  différentes structures sanitaires de la capitale et des régions de l’intérieur.
On l’avait annoncé. C’est fait depuis mercredi 12 août dernier au palais du peuple où l’atelier de 2 jours sur la pandémie grippale s’est terminé.
La tenue de ces assises découlait d’une initiative de l’Institut national de santé publique de Djibouti (INSPD) qui bénéficiait du soutien du bureau local de l’Organisation mondiale de la santé(OMS).
Le public-cible était composé des médecins-chefs des centres de santé communautaires de la capitale, et de leurs homologues en activité dans les régions de l’intérieur du pays.
L’objectif de l’atelier visait au renforcement de capacités nationales dans la surveillance des syndromes grippaux. Il s’agit là d’une priorité majeure pour le Ministère de la Santé qui recense depuis un certain temps des cas des grippes au sein des différentes structures sanitaires de Djibouti-ville et des autres régions sanitaires.
Le constat met en exergue l’importance que revêt la connaissance approfondie de la nature et du type des virus à l’origine des cas de grippe diagnostiqués dans nos centres médicaux.
Autre condition sine qua none : il est indispensable de former le personnel médical et paramédical chargé de la surveillance, du diagnostic et de la collecte des cas des grippes. Et ce par le biais de l’introduction d’un diagnostic virologique qui permet d’identifier les types des grippes. La suite logique est la mise en œuvre d’une réponse appropriée par les autorités sanitaires.

Décentralisation  Santé Publique – Des équipements biochimiques pour les régions de l’intérieur

Le secrétaire général du Ministère de la Santé, Ali Sillaye Abdallah, accompagné du médecin-chef du laboratoire central  de l’hôpital général Peltier Dr. Mohamed Houmed, a remis mardi dernier un lot de matériels de biochimie et de produits consommables aux médecins-chefs des cinq régions de l’intérieur. L’événement s’est déroulé au sein du centre hospitalier Peltier.
L’octroi de ces équipements biomédicaux vient à point nommé pour les patients des districts de l’intérieur. Lesquels devront par ce biais bénéficier des consultations de proximité.
En effet, les usagers des centres hospitaliers d’Ali-Sabieh, d’Arta, de Dikhil, d’Obock et de Tadjourah seront en mesure d’obtenir un diagnostic plus approfondi ainsi qu’un bilan rapide en matière de diabète, hépatite et une analyse rénale.
Comme l’a si bien dit M. Ali Sillaye Abdallah, ces nouveaux matériels devront faciliter  la mise en œuvre d’analyses de sang et la détermination des résultats dans les laboratoires d’analyses médicales de ces centres hospitaliers.
Les autorités sanitaires en attendent une amélioration de la qualité et la fiabilité  des analyses médicales effectuées auprès  des femmes et hommes, jeunes et vieux dans les régions de l’intérieur.
En clair, des prélèvements seront réalisés sur place afin d’éviter aux patients de se rendre dans les hôpitaux de la capitale. Notons aussi que la remise de ces matériels rentre dans le cadre de l’amélioration des capacités d’analyses et de diagnostique rapide des laboratoires des cinq districts de l’intérieur.
Après la fourniture de ce lot de matériels biochimiques, les hauts responsables du Ministère de la Santé ont annoncé  l’offre d’une formation destinée aux laborantins censés utiliser ces machines dans les centres médicohospitaliers d’Ali-Sabieh, d’Arta, de Dikhil, d’Obock et de Tadjourah.
Enfin, les modules au programme de cette session de formation seront dispensés par les professionnels du laboratoire central de l’hôpital Peltier.

Ministère de la Santé : Une équipe mobile à Gallilée  

Le centre médical hospitalier(CMH) d’Ali Sabieh a dépêché lundi dernier une équipe mobile au village de Galileh. L’objectif des visiteurs en blouses blanches était  de prodiguer des soins aux habitants de cette localité reculée dans la région assajog.
Une équipe mobile du centre médical hospitalier (CMH) d’Ali Sabieh s’est rendu lundi dernier au village de Galileh. Ce déplacement est intervenu dans le cadre des activités de consultations mensuelles mises en place par la direction  du CMH de la ville assajog.
La caravane mobile comprenait un médecin, Dr. Omar Mohamed Farah,  des infirmiers et sages-femmes. L’objectif des visiteurs en blouses blanches était de prodiguer des soins aux habitants de Galileh.
Sur place, le Dr. Omar Mohamed Farah et ses techniciens paramédicaux ont vacciné une trentaine d’enfants.
Autant de fillettes et garçonnets ont bénéficié des soins adéquats et bien définis dans le cadre de la prise en charge infantile et médicale ou PCIME selon le jargon des professionnels.
L’équipe mobile a effectué des consultations prénatales auprès de 40 femmes. Elle a dispensé des consultations générales au profit de 45 autres personnes au village de Galileh.
Ces actions visent au rapprochement des offres de soins des structures sanitaires fixes et des populations dans les localités reculées du pays.
 

Chaîne d’approvisionnement en médicaments : Un exercice d’évaluation à l’échelle nationale
 
 

Le processus d’évaluation de la chaîne d’approvisionnement en médicaments bénéficie de l’appui d’une équipe d’experts de SCMS (Supply Chain Management System) sur un financement de l’USAID. L’exercice couvrira les structures à 3 niveaux différents de la pyramide sanitaire, les principaux dépôts de médicaments, réactifs et vaccins, ainsi que les principales institutions concernées à l’échelle nationale.
Le ministre de la Santé a procédé lundi dernier, dans son cabinet ministériel, au lancement d’un exercice d’évaluation de la chaîne d’approvisionnement en médicaments à l’échelle nationale. Le Dr. Kassim Issack Osman a pris cette initiative en présence de la représentante-résidente de l’USAID à Djibouti.
Car le processus enclenché bénéficie de l’appui d’une équipe d’experts de SCMS (Supply Chain Management System) sur un financement de l’USAID.
A ce propos, le ministre de la Santé a remercié la responsable de l’USAID pour la célérité de la suite donnée à la sollicitation de son département ministériel.
Les deux personnalités publiques ont eu des échanges interactifs autour de la fourniture d’éléments d’appréciation factuels de l’état actuel et des   objectifs mesurables de la chaîne d’approvisionnement en  médicaments.
De l’évaluation de la maturité et de la performance de celle-ci devra découler un plan de renforcement de capacités du système de gestion des achats et des stocks, agrémenté de recommandations opérationnelles à court, moyen et long terme.
Cette évaluation couvrira les structures à 3 niveaux différents de la pyramide sanitaire, les principaux dépôts de médicaments, réactifs et vaccins, ainsi que les principales institutions concernées.

Après la visite du ministre de la Santé à Ali-Sabieh : L’optimisme prévaut

Le ministre de la Santé s’est rendu mercredi dernier au chef-lieu de la région d’Ali-Sabieh où il a effectué une visite d’inspection du centre hospitalier principal de la ville. Ce déplacement rentre dans le cadre des concertations régulières de M. Kassim Issack Osman avec les professionnels des milieux médicaux et les représentants de la société civile. Lors de son passage dans la ville assajog, le ministre a nommé un vérificateur régional en matière de santé.
Tôt dans la matinée de mercredi dernier, le ministre de la Santé, le Dr. Kassim Issack Osman, a effectué une visite d’inspection du principal centre hospitalier de la ville d’Ali-Sabieh. Et ce, faut-il préciser, en compagnie du préfet de la région, Mohamed Waberi Assoweh, et de ses principaux collaborateurs.
De la salle des urgences au laboratoire des analyses biochimiques en passant par la pédiatrie, le visiteur de marque et les membres de sa délégation ont constaté de visu l’état des lieux. Le ministre a saisi l’occasion afin s’entretenir avec les professionnels en activité dans les différentes entités de l’hôpital.
Au terme de cette immersion, le Dr. Kassim Issack Osman s’est rendu au siège du Conseil régional où il a eu une réunion de concertation avec l’ensemble des responsables des services publics déconcentrés, des médecins et techniciens paramédicaux, et des acteurs de la société civile assajog.
La séance de travail a permis au préfet Mohamed Waberi Assoweh de dresser un bilan des réalisations sanitaires dans la région d’Ali-Sabieh. Il a ainsi souligné  l’important apport en soins des dispensaires ruraux. De ce fait, le représentant de l’Etat a reconnu que la santé de ses administrés  s’est sensiblement améliorée ces dernières années.
On retrouve des échos similaires dans l’intervention que le ministre de la Santé a faite devant ses interlocuteurs assajogs. Le Dr. Kassim Issack Osman a d’abord évoqué les grandes lignes de la politique sanitaire du gouvernement avant de rappeler le droit toute personne résidente au pays à accéder aux soins de qualité.
 » Le temps  où il n’y avait qu’un médecin par région est révolu.  Ali-Sabieh a deux médecins au centre, un troisième est affecté aux activités de l’équipe mobile de la région et un quatrième médecin a été dépêché au dispensaire  de Holl-Holl. J’ai ordonné l’envoi régulier d’un cardiologue, d’un gynécologue et d’autres spécialistes dans la région », a-t-il déclaré en substance.
Le ministre a par la suite annoncé la nomination d’un vérificateur régional en matière de santé. Il s’agit en l’occurrence de  Mohamed Miguil Hassan, un infirmier major de l’hôpital de la ville d’Ali-Sabieh. Des nominations semblables seront entérinées dans toutes les autres régions du pays. Celles-ci font suite aux propositions qui ont été instituées par le  département ministériel de la santé en collaboration avec la Banque mondiale qui assurera leur financement.
A entendre le Dr. Kassim Issack Osman, ces vérificateurs ne devront pas rester dans les hôpitaux. Leur rôle sera de débusquer  les problèmes mineurs ou majeurs de santé et les besoins en soins qui en découlent dans leurs régions respectives. Ils doivent toutefois travailler main dans la main  avec les responsables des régions sanitaires en les mettant au courant de leurs constats.
Après écoute des explications du ministre de la Santé, plusieurs porte-voix  de la société civile assajog ont soulevé les défaillances du laboratoire d’analyses sanguines. En réponse, le ministre les assurés de l’octroi  d’un nouvel appareil de biochimie qui équipera le laboratoire du centre hospitalier d’Ali-Sabieh dans les jours à venir.
 

 
 

 

 

COOPÉRATION 
Fonds Mondial
Multilatérale
Bilatérale
Orgagne Consultatif
Conseil de l'ordre
CCMI
RECHERCHE

Télécharger le PNDS

2008-2012

 

Ministère de la Santé à travers l'ANTIM, Lauréat de TIGA 2009

 

compteur de visites

Website counter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © 2011- Ministère de la Santé  Tous droits réservés